retourner

Communiqué de presse des associations organisatrices de la deuxième manifestation commémorative des volontaires italiens et antifascistes, à l’occasion du  68ème anniversaire de la Libération de l’Italie de tous les fascismes (Madrid, 25 avril 2013)

Une pétition en ligne et faire appel à des institutions italiennes et européennes pour inviter ceux qui détiennent des rôles institutionnels pour célébrer et d’observer la fête de la libération du fascisme.

Pourquoi ne pas arriver plus jamais!

Signez et diffusez la pétition en tant que citoyen ou association.

http://chn.ge/118n3d3

Aux Présidents de la Chambre et du Sénat, aux Députés et Sénateurs du Parlement Italien, au Ministre des Affaires Etrangères du Gouvernement Italien, au Président du Parlement Européen. A toute autre institution qui puisse garantir la mise en œuvre des lois italiennes  en ce qui concerne les festivités affines au 25 avril, journée de libération de tous les fascismes.

L’ambassadeur d’Italie en Espagne, Pietro Sebastiani, a refusé d’assister à Madrid à la deuxième cérémonie de commémoration des volontaires italiens et antifascistes, à l’occasion du 68ème anniversaire de la Libération de l’Italie de tous les fascismes, rendant ainsi absent le drapeau officiel italien, à l’occasion des initiatives organisées par les associations italiennes et espagnoles présentes sur le territoire.

L’ Association Nationale des Résistants Italiens en Espagne, l’ass. A Madrid une autre Italie se manifeste, le  parti Gauche, Ecologie et Liberté – Espagne avec les associations espagnoles Amis des Brigades Internationales et Descendants de l’Exil Espagnol

condamnent

la décision de l’ambassadeur de ne pas vouloir assister aux initiatives italiennes organisées en Espagne, de nature démocratiques et ancrées dans la constitution, pour célébrer la libération italienne du joug nazi et fasciste.

A la demande, envoyée en temps et en heure et par écrit, de bien vouloir faire acte de présence à la commémoration, l’ambassadeur d’Italie en Espagne a répondu, par l’intermédiaire de son secrétariat et par téléphone, que la teneur des célébrations était trop politique.

Le 25 avril est le jour de la fête nationale italienne de la libération de tous les fascismes. Elle est la fête de tous les citoyens démocrates et antifascistes. C’est la fête de la libération de l’envahisseur nazi et du joug de la longue dictature fasciste. C’est une des fêtes de la République Italienne et sa célébration est prévue par la  Constitution.

Le protocole de l’état italien prévoit que durant les fêtes nationales, les institutions soient présentes aux manifestations commémoratives avec drapeaux et/ou fonctionnaires.

Malheureusement, beaucoup pensent que, pour surmonter les actuelles divisions politiques dans notre pays et en Europe, il faille éviter les célébrations de la libération des dictatures nazies et fascistes, et cela bien qu’elles aient provoqué une des guerres les plus terribles de l’histoire de l’humanité. On en vient ainsi à passer sous silence les luttes antifascistes pour la reconquête des libertés et à offenser la mémoire des volontaires, des descendants et des amis présents à la commémoration qui s’est tenue le 25 avril 2013.

En cette période de réapparitions des visées fascistes, nazies et franquistes dans toute l’Europe, les institutions ont le devoir d’être présentes à des manifestations comme celle-ci. Il devient nécessaire de l’exiger quand la loi du Pays, comme c’est le cas en Italie, le prescrit.

Le Président du Parlement Européen Martin Schultz, de nationalité allemande, assume une conduite claire en ce qui concerne le rôle des institutions quand il s’agit de faire acte de présence aux commémorations qui rappellent l’importance de la libération de l’Europe du joug nazi et fasciste. Il préside et promeut lui-même infatigablement toutes les activités qui exaltent les valeurs de la lutte contre le fascisme, surtout parmi la jeunesse européenne.

Il est important de célébrer des fêtes comme celle du 25 avril, surtout dans un pays comme l’Espagne, où la fin de la dictature franquiste n’a jamais donné lieu à une condamnation officielle d’une dictature d’essence clairement fasciste, ni à la réparation des dommages provoqués à ses victimes.

Nous croyons

qu’il faut dénoncer l’attitude erronée des institutions diplomatiques étrangères en Espagne, spécialement  l’italienne, qui en ne venant pas aux actes officiels de leur pays d’origine, conformément  à la Loi, et face à l’absence des institutions espagnoles, facilitent le renforcement d’attitudes et de groupes proches du fascisme-nazisme et du franquisme dans la société européenne contemporaine. Un comportement qui ne peut être accepté de la part des personnes qui jouent un rôle dans les institutions des pays démocratiques d’Europe. Les fonctionnaires doivent fonder leurs comportements institutionnels sur les lois du pays qu’ils représentent, auxquelles ils doivent obéir.

Les fonctionnaires qui remplissent des rôles institutionnels ne peuvent agir hors la loi, comme l’a fait l’ambassadeur d’Italie en Espagne, Pietro Sebastiani, en décidant de son propre chef et sans en rendre compte par écrit, de ne pas assister à un acte de célébration d’une fête nationale de l’Etat italien que lui-même devrait avoir fomenté comme Ambassadeur d’Italie. Nous ne savons pas que la fête du 25 avril ait jamais été commémorée par l’Ambassade d’Italie en Espagne.

Nous demandons

– que les Institutions diplomatiques italiennes assistent désormais officiellement aux initiatives que la communauté italienne organise hors d’Italie pour célébrer la fête nationale du 25 avril, selon la Loi Italienne et soient actives pour la célébrer ;

– que l’on fomente des activités et des leçons autour de cette date dans les espaces scolaires (écoles italiennes à l’étranger), dans les espaces culturels (lycées italiens de culture) ainsi que dans les espaces consulaires à l’étranger, avec une spéciale attention à l’éducation de la jeunesse dans la présentation des valeurs de liberté et démocratie, fondées dans la lutte antifasciste et dans les biographies de ses protagonistes qui ont lutté pour les atteindre.

– que l’on compte, au moment d’organiser activités et initiatives, sur les associations antifascistes italiennes et étrangères, établies sur le territoire auquel appartenait l’institution diplomatique, en leur permettant de participer et de collaborer activement dans les espaces culturels et scolaires des institutions italiennes et à l’étranger.

Pour toutes ces raisons nous sommes en train de ramasser des signatures d’associations et de particuliers en Italie et en Europe pour que cela ne se reproduise pas et que l’on commence à célébrer la fête du 25 avril comme il se doit. De même pour toutes les fêtes officielles qui rappellent la libération du fascisme-nazisme sur tout le territoire de l’UE, en facilitant leur institutionnalisation là où la loi ne le prévoit pas encore.

La pétition et collecte de signatures seront remises aux Présidents de la Chambre des Députés et du Sénat du Parlement Italien, aux Députés et aux Sénateurs du Parlement Italien, au Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement italien, au Président du Parlement Européen. A toutes les institutions, italiennes et européennes, qui puissent garantir l’accomplissement des lois italiennes et la célébration de la fête nationale du 25 avril de la part des institutions diplomatiques italiennes, en relation avec la communauté italienne qui réside à l’étranger.

Premiers signataires:

L’ Association Nationale des Résistants Italiens en Espagne, l’ass. A Madrid une autre Italie se manifeste, le  parti Gauche, Ecologie et Liberté – Espagne avec les associations espagnoles Amis des Brigades Internationales et Descendants de l’Exil Espagnol.

Anuncios

2 Responses to “Célébrer la libération du nazifascisme est un droit respecté en Italie et en Europe?”


  1. 1 dantilio bruno 21 mayo 2013 en 15:33

    in italia tambien si è provato ad annacquare la festa del 25 aprile è il fatto dell’ambasciatore a Madrid dimostra la strategia di coloro che vorrebbero cancellare o banalizzare la Storia.
    il comportamento dell’ambasciatore è ignobile e mortifica sopratutto se stesso ma offende tutti coloro che morendo sono stati ambasciatori di democrazia e libertà che comunque difenderemo a nostra volta alla faccia di ambasciatori da cui non mi sentirò mai rappresentato.
    dantilio


Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s




Archivos

Estadísticas

  • 32,863 hits

A %d blogueros les gusta esto: